You are currently viewing Première perception extrasensorielle

Première perception extrasensorielle

Je raconte ici comment est survenue ma première perception extrasensorielle. C’était en 2012, je suivais une formation d’ostéopathie depuis quelques mois. Nous étions un groupe d’une vingtaine de personnes et alternions les phases de théorie et de pratique. Lors de la pratique, nous étions répartis par groupe de deux, l’un faisant le praticien et l’autre le patient, à tour de rôle.

Cette fois-ci l’exercice consistait à se concentrer sur le genou du « patient ». Le « praticien » devait poser ses doigts sur la rotule du patient, fermer les yeux, et petit à petit vider son esprit de manière à « entrer » à l’intérieur de celle-ci. Il devait ensuite noter les différentes sensations perçues : chaud/froid, doux/dur, lumière/obscurité, couleurs, mouvements,…

C’était à mon tour de faire le praticien. Au début de l’exercice, je me souviens avoir eu une impression de descente qui s’est progressivement ralentie. Puis je me suis sentie dans un environnement sombre. J’étais attentive à mes impressions quand tout à coup une image représentant un terrain de tennis est apparue dans mon esprit. Surprise, je me suis demandée ce qu’elle venait faire là, mais voulant maintenir ma concentration, j’ai repris tant bien que mal l’exercice.

Quand il fut fini, je me suis interrogée sur cette image. De mon point de vue elle n’était reliée à aucun élément logique et n’avait donc aucun sens. Dans un premier temps j’ai décrit à mon partenaire les sensations que j’avais eues. Nous avons ensuite écouté celles des autres binômes, personne ne rapporta d’événement de ce genre. Nous nous levions pour retourner à nos places quand, au risque d’être prise pour folle tellement la question était hors contexte, j’ai demandé à mon partenaire si par hasard il avait joué au tennis dans sa vie…

Il m’a répondu: « Ah oui, j’en ai fait 14 ans et ça m’a bousillé les genoux! ». J’étais perplexe : incroyable, ça prenait tout son sens ! En me mettant à l’écoute de sa rotule, j’ai pu percevoir une mémoire traumatique.

Sauf qu’ayant grandi dans un environnement cartésien, ma faculté de raisonner d’alors fut incapable d’accepter un tel fait. J’en suis restée un court instant choquée, puis mon esprit s’est aussitôt construit une parade : il est devenu soudainement tout à fait logique pour moi que Tennis et Genou sont deux concepts parfaitement liés, et que tout le monde le sait. C’est-à-dire que j’ai été persuadée que le tennis est un sport qui provoque systématiquement des lésions aux genoux, et donc que l’information que j’avais reçue était une information banale que tout le monde connaissait déjà. Ce qui n’est absolument pas le cas.

Voilà donc le récit de ma première perception extrasensorielle: aussitôt vécue, aussitôt banalisée, rangée et oubliée ! Je pense que nous vivons dans une société bien matérialiste où la description que l’on nous donne du réel conditionne la perception que l’on en a. J’ai été capable de modifier inconsciemment le contexte de cette expérience afin qu’elle ne perturbe pas ma conception de la réalité. Ce n’est qu’avec le temps et d’autres événements similaires, que je raconterai dans d’autres articles, que j’ai pu revenir sur cette expérience et lui redonner tout son sens. 

Je ne pense pas que ces perceptions extrasensorielles soient réservées à une minorité. Je pense plutôt qu’elles se présentent lorsque les conditions requises sont réunies:
_ Esprit calme, voire en état méditatif, c’est-à-dire quasiment sans pensée, afin de laisser le champ libre à l’arrivée d’une éventuelle information;
_ Concentration sur le sujet dont nous voulons recevoir une information;
_ Observation, sans jugement ni interprétation, des diverses impressions et sensations reçues;
_ Vérification, si possible, et synthèse des informations reçues. Si elles ne sont pas vérifiables sur le moment, les noter pour pouvoir y revenir plus tard.
_ Et enfin maintient/développement d’un esprit ouvert, capable d’accepter la possibilité de réussite et la réalité des faits. 

C’est très facile d’abandonner ou de laisser de côté l’expérience vécue. Pourtant les sensations perçues ne sont pas anodines. Plus elles présentent un caractère inattendu et paraissent absurdes, moins il y a de chance qu’elles soient une création de votre esprit, et donc plus il y a de chance qu’elles aient un sens. Si votre premier essai n’est pas concluant, faites en d’autres, notez vos résultats, comparez les, autorisez-vous à faire la démarche qui vous amènera à les valider/invalider en vous renseignant sur le sujet sur lequel vous avez travaillé et en posant les questions nécessaires à votre entourage. Et surtout, ne laissez pas tomber !

LB

Laisser un commentaire